• slider2018.jpg
  • slider20182.jpg
  • slider20185courts.jpg
  • slider201811longs.jpg
  • slider201821docus.jpg

 

grille2018

Fred Schepisi

Fred Schepisi - Président

Il est né en 1939 à Melbourne et commence sa carrière de producteur dans la publicité avant de rejoindre Cinesound Productions, puis de fonder la Film House où, pendant plus de 20 ans, il réalise des spots publicitaires et des documentaires. Son premier long métrage, « The Devil’s Playground » (1976) remporte six AFI, dont celui du meilleur film, et lui confère d’emblée une réputation de réalisateur, scénariste et producteur talentueux. Le succès de son deuxième long métrage, sélectionné à Cannes en compétition, « The Chant of Jimmie Blacksmith » (1978), lui ouvre les portes des États-Unis où il réalise « Barbarosa » (1981), « Iceman » (1983), « Plenty » (1985) et  « Roxanne » (1987) avant de retourner en Australie pour co‐écrire et réaliser « Un Cri dans la nuit » (1988) avec Meryl Streep et Sam Neill. Il produit et réalise l’adaptation à l’écran de la pièce de John Guare, « Six Degrés de séparation » (1993), avec Will Smith, ainsi que « La Maison Russie » (1990), « Mr. Baseball » (1992), « L’Amour en équation » (1994), « Last Orders » (2001) et « It Runs in the Family » (2002). En 2004, il coproduit et réalise pour HBO l’adaptation du best‐seller de Richard Russo, « Empire Falls », avec Paul Newman et Ed Harris. En 2011 il tourne l’adaptation du Prix Nobel de littérature Patrick White « L’œil du cyclone » avec Charlotte Rampling et Geoffrey Rush suivit en 2013 de « Words and Pictures ». Il se voit décerner l’ordre d’Australie pour ses services à l’industrie cinématographique australienne en tant que mentor, puis en qualité de réalisateur, producteur et scénariste.

 


 

Sylvie BourgeoisSylvie Bourgeois

Sylvie Bourgeois Harel est une romancière, nouvellistes et scénariste française. Elle est mariée au réalisateur Philippe Harel. Elle a coécrit avec Philippe Harel et Eric Assous le scénario du film de Philippe Harel « Les Randonneurs à Saint-Tropez », sortie en avril 2008. Elle a également coécrit avec Philippe Harel les scénarios de « Une vie française » et de « Un Homme inconsolable », adaptés de romans de Jean-Paul Dubois ainsi qu'avec Edouard Waintrop le documentaire « Mémoires de mai », réalisé par Philippe Harel et diffusé sur Canal+ en mai 2008. Elle a publié plusieurs nouvelles dans des ouvrages collectif comme « Je t'aime encore » (2004) ou « Extases de femme » (2006) et de nombreux romans dont « L'amour libre » (2004), « En attendant que les beaux jours reviennent » (2012), « J'aime ton mari » (2014) et la série des Sophie avec « Sophie à Cannes » (2011), « Sophie au Flore » (2012) et en novembre prochain « Sophie à Megève » qui sera suivi en mai 2015 de « Sophie à Saint-Tropez.

 

 


 

Eriq EbouaneyEriq Ebouaney

Eriq Ebouaney est né en France, mais il a passé presque toute son enfance au Cameroun, dont sont originaires ses parents. A l’âge de 14 ans, Eriq et sa famille sont revenus en France où il a terminé le lycée et s’est lancé dans des études commerciales. Sans aucune formation de comédien ni expérience, il a rejoint, au milieu des années 1990, la compagnie théâtrale La Baignoire, une décision qu’il ne regrettera jamais. Il a ensuite joué au théâtre au sein de différentes compagnies jusqu’à ce qu’il obtienne son premier rôle dans le film « Lumumba » de Raoul Peck. Depuis, il a partagé l’affiche avec Gérard Depardieu, Jean Reno, Antonio Banderas, Liam Neeson, Orlando Bloom, James Frain, Julian Sands, Tahar Rahim, John Malkovich, Kevin Costner, et a été dirigé par des metteurs en scène tels que Brian de Palma, Ridley Scott, Olivier Dahan, Olivier Assayas, Jean-Jacques Annaud ou Park Chan Wook. Eriq a joué dans des films américains tels « Le Transporteur 3 », « Hitman » et « Three Days to Kill », mais aussi dans le drame sud-africain « Cape of Good Hope », le thriller irlandais « Lignes de front », la comédie italienne « Bianco e Nero », le drame australian « Disgrâce », le film d’horreur coréen « Thirst, ceci est mon sang » ou encore les comédies françaises « Case Départ » et « Le Crocodile du Botswanga ». Il habite à Paris.

 


 

Gabrielle LazureGabrielle Lazure. Photo : Vincent Pesci

Gabrielle Lazure est née aux USA et a grandi au Québec. Elle fait ses débuts au cinéma dans « La Belle Captive » d'Alain Robbe-Grillet en 1983. Puis, elle se révèle au grand public dans « La Crime » de Philippe Labro, et tourne « Sarah » de Maurice Dugowson. De sa carrière riche de plus d’une trentaine de longs métrages, on peut citer « Noyade Interdite » de Pierre Granier-Deferre (1987) « Les Rivières Pourpres 2 : Les Anges De L'Apocalypse » d’Olivier Dahan et « Agents Secrets » de Frédéric Schöndorfer en 2004, « C'est Beau Une Ville La Nuit » de Richard Bohringer et « The Passenger » de François Rotger en 2006, « Un Heureux Événement » de Rémi Bezançon (2011) et « Passer l'Hiver » d'Aurélia Barbet (2013). Mais elle a aussi réalisé deux courts métrages « Reflets » (1977) et « Regarde-moi » (1994). Dès 1981, elle tourne pour la télévision avec « Le jardinier récalcitrant» de Maurice Failevic et depuis on a pu la voir dans les séries « Commissaire Valence », « Alice Nevers, le juge est une femme », « Le grand Patron », « Section de recherches » ou encore « Empreintes Criminelles » mais aussi en 2012 dans « La baie d'Alger » et « Victoire Bonnot ». Actrice complète, elle a aussi fait du théâtre dont entre autre « Copié/Collé » de Jean Marie Chevret, « Frères du Bled » de Christophe Botti. Elle a aussi abordé la danse et la chanson (CD, Out of the Blue).

 


 

Maria Pitarresi. Photo : Maxime HibonMaria Pitarresi

Après le Cours Florent, elle débute au cinéma dans « Nouvelle Vague » de Jean-Luc Godard. Elle enchaîne de petites apparitions auprès de réalisateurs prestigieux tels que Bertrand Blier et Jean-Jacques Beineix respectivement dans « Merci la vie » et « IP 5 - L’Île aux pachydermes ». S’ensuit une rencontre déterminante avec Bertrand Tavernier qui lui donne deux petits rôles dans « Capitaine Conan » et « La Fille de d’Artagnan » avant de lui confier un premier rôle auprès de Philippe Torreton dans « Ça commence aujourd’hui ». Elle retrouve Bertrand Tavernier pour « Laissez-passer » et « Holy Lola ». Elle figure également au générique de « Vive la mariée… et la libération du Kurdistan » d’Hiner Saleem, « Mon père » de José Giovanni et « Une journée » de Jacob Berger. Sur les planches, elle joue dans « Absence de guerre » de David Hare sous la direction de Daniel Benoin. Pour le petit écran, elle donne la réplique à Pierre Arditi dans « Une villa pour deux » de Charlotte Brandström ainsi qu’à Isild Le Besco dans « Le Choix d’Élodie » d’Emmanuelle Bercot. On la retrouve dans « Fruits mûrs », « Lyon, Police Spéciale » et « Le Pain du diable ». Des séries viennent compléter l’éclectisme de ses rôles : Fabien Cosma, La Kiné, Les Cordier, juge et flic ou encore Julie Lescaut. Elle vient de tourner dans le dernier film de Robert Guédiguian  « Une histoire de fou ».

 


 

Salomé StéveninSalomé Stévenin


Elle tourne depuis l’enfance, de Philippe de Broca à Antony Cordier en passant par René Féret, son propre père Jean-François Stévenin, Roschdy Zem, Coline Serreau, Patricia Mazuy, Laetitia Masson ou Patrick Grandperret (« Mischka »,  « Omar m’a tué », « Soleil », « Nannerl, la sœur de Mozart », « Comme un chef » …). Prénommée au césar du meilleur espoir féminin pour « Douches froides »  et « Comme une étoile dans la nuit » qui la révèlent au cinéma, elle a réalisé son court métrage « Baines ». Elle a été primée au Festival de la Fiction TV de la Rochelle en 2010 pour « Cigarettes et bas nylons » de Fabrice Cazeneuve. On la retrouvera en novembre lors de la diffusion d’« Odyssée Pacifique » documentaires la suivant à la découverte de la Polynésie, en bateau et plongée sous-marine.  Elle est aussi à l’affiche de « LILI ROSE »  qui sortira le 22 octobre 2014.

© 2017 Cinéma des Antipodes

Please publish modules in offcanvas position.