• slider2018.jpg
  • slider20182.jpg
  • slider20185courts.jpg
  • slider201811longs.jpg
  • slider201821docus.jpg

 

grille2018

Salle Jean Despas, Place des Lices du 15 au 19 octobre 2012

En présence de l’artiste calédonienne Marie Claudel


 


ExpositionOriginaire de Nouvelle Calédonie, née d'un père lorrain et d'une mère insulaire je suis arrivée en métropole à  26 ans. Que de bouleversements de tout ordres, climatiques, culturels à assumer . . . que de codes, de rythmes à changer . . . et que faire de ces douces habitudes, de ces rites rassurants qui ont bercés ma jeunesse ?
Reprendre des études et consacrer mon énergie à ma passion pour l'art ont été le point de départ de cette " nouvelle naissance ". Ces activités se sont vite avérées comme un besoin quasi existentiel de ma réflexion sur un processus créatif me conduisant à la quête identitaire du métissage. Comme un pont entre la Nouvelle Calédonie et la France ma création matérialise mon identité, elle symbolise cet entre deux métissée et me permet de maintenir un équilibre dans ce déracinement.
Mes connaissances de l'Art Tribal, ma passion pour l'Art  Brut, m'ont aidé à me sentir libre dans mon expression graphique, libre  d'entretenir avec ma peinture, une relation organique, de revendiquer une " Peinture d'Exil " faite de partage de cultures et de traditions. Une peinture aux couleurs de l'hémisphère sud qui me permet d'affirmer ma propre identité.
Une image me vient à l'esprit, il me faut griffonner, laisser courir les lignes, le dessin se transforme alors au fil du processus de maturation. L'arrivée de la couleur charge instinctivement de vie et d'émotion les scènes représentées, scènes insulaires traitant du rapport de l'homme à la nature et au monde invisible.
Une trame graphique de motif kanak, polynésien et le pointillisme aborigène fusionnent le tout dans un bain océanien. Réalisé au tube de cerne-relief et au pistolet à colle, ces motifs  viennent saturer l'espace et permettent un jeu visuel entre des surfaces en aplat et des lignes en relief. Occuper l'espace de façon méditative et se laisser surprendre par ce fourmillement de détails. Dans ma symbolique, l'élément " eau " symbolise le flux de vie, le liquide fécond qui recouvre et   "pollénise" les autres éléments. Quand à la représentation de l'être féminin il tient une place prépondérante, son image symbolise la source fertile, la matrice, la création de tous les possibles. Personnage générique, métaphorique en lien étroit à la " Nature " et à la " Terre Mère " il revêt multiples appartenances : femme végétale, rêveuse, bâtisseuse, enfant, procréatrice, nourricière qui fidèle à ses croyances  assume son pouvoir.

© 2017 Cinéma des Antipodes

Please publish modules in offcanvas position.